Un masque contre le mal aigu des montagnes

sep article
Le Grand challenge le plus grand parcours d

FOCUS – Comment mieux adapter l’organisme à la haute altitude ? C’est pour répondre à cette question que six chercheurs français, dont quatre Grenoblois, vont, le 21 mars 2015, rejoindre une expédition internationale au camp de base népalais du Manaslu, à 5.000 m d’altitude. Objectif : tester, grâce à un masque, la méthode de la pression expiratoire positive pour combattre le mal aigu des montagnes.

 

 

 

 

Six chercheurs français, dont trois Grenoblois, vont tester une nouvelle méthode pour mieux supporter les effets de la haute altitude et notamment le Mam..

Six chercheurs français, dont trois Grenoblois, vont tester une nouvelle méthode pour mieux supporter les effets de la haute altitude et notamment le Mam. © Vincent Bailleul

Mieux comprendre et minimiser les effets de la haute altitude. C’est l’objectif de l’expédition internationale qui, le 21 mars 2015, partira en direction des plus hauts sommets himalayens.

 

C’est au camp de base du Manaslu, à 5.000 m d’altitude et jusqu’à un proche sommet, 1.200 m plus haut, que les six chercheurs de l’équipe française emmenée par le Grenoblois Samuel Vergès, vont réaliser des mesures sur les adaptations de l’organisme à la haute altitude sur une cinquantaine de volontaires.

 

 

 

Aller plus haut, plus longtemps

 

 

Les scientifiques français étudieront plus particulièrement les effets d’un séjour prolongé en haute altitude sur le cœur, le cerveau et le sommeil. « L’idée par rapport à nos expériences antérieures dans les Alpes est d’aller plus haut, plus longtemps », précise Samuel Vergès*, chargé de recherche Inserm au sein du laboratoire Hypoxie PhysioPathologie (HP2 – UJF/Inserm/CHU de Grenoble). « On bénéficie maintenant de technologies avancées avec du matériel ultra-transportable nous permettant des évaluations poussées sur le terrain, en conditions réelles. »

 

Les Français ne seront pas seuls au camp de base du Manaslu. En tout, six équipes internationales prendront part, douze jours durant, à l’expédition coordonnée par Medex, fondation britannique dédiée à la recherche sur l’altitude.

 

Six chercheurs français, dont quatre Grenoblois, vont tester une nouvelle méthode pour mieux supporter

les effets de la haute altitude. © Be Happix, Vincent Bailleul

 

 

 

Limiter le mal aigu des montagnes

 

 

 

« Quand on est confronté au mal aigu des montagnes, on a le choix entre redescendre ou avoir recours aux médicaments, mais ils ne sont pas toujours efficaces », explique le chercheur grenoblois.

 

Les chercheurs testeront, notamment, un nouveau masque qui pourrait aider les alpinistes à s’acclimater et donc limiter, si ce n’est vaincre, le mal aigu des montagnes (Mam). Le principe ? Augmenter la pression de l’air dans les poumons pour contrecarrer la baisse de pression extérieure, liée à l’altitude. Avec des effets similaires au caisson hyperbare mais en moins lourd, moins encombrant et plus maniable…

 

Extrait du film de présentation La science au "cœur" de l'Himalaya - trailer masque - Lutte contre le Mam

Extrait du film de présentation La science au « cœur » de l’Himalaya. DR

Le masque pourrait donc être la solution. Avec un effet, non plus chimique, mais simplement mécanique. « Augmenter la pression dans les poumons a des effets sur les échanges gazeux et la diffusion de l’oxygène dans l’organisme », poursuit-il.

 

Testé en laboratoire depuis trois ans, le masque doit encore faire ses preuves sur le terrain. Car on le sait difficile à supporter durant l’effort. « L’idée est davantage de le porter une ou deux heures en refuge ou au camp de base, ou lors de courtes phases d’ascension ». Un coup de pouce, pas un remède miracle…

 

 

Patricia Cerinsek

 

 

 

* Samuel Vergès est également président du Centre d’expertise sur l’altitude. Cette association qui soutient les activités scientifiques et médicales sur la haute altitude participe au projet en regroupant une nouvelle fois au sein d’une même structure les principaux experts français spécialisés de l’altitude.

 

commentez lire les commentaires
3970 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. S Verges doit certainement savoir qu’une équipe … grenobloise … a démontré dès 1998 (soit il y a 17 ans !!) l’efficacité d’un masque équipée d’une valve réellement innovante (elle a fait l’objet d’un dépôt de brevet international (https://register.epo.org/application?number=EP96402315) ) dans la prévention du mal aigu des montagnes; ce dispositif a fait l’objet de 5 publications internationales entre 1998 et 2002 montrant ses effets bénéfiques tant sur les symptômes du MAM que sur les paramètres physiologiques et psycho-cognitifs au cours d’expérimentation menées en chambres hypobares et sur le terrain (Mont-Blanc). Son mécanisme d’action a pu être aussi montré. On se demande donc où est la réelle nouveauté dont parle Samuel Verges ? Fallait-t-il vraiment exposer 50 personnes aussi haut et aussi loin pour démontrer quelque chose de déjà connu depuis près de 20 ans : à quel coût et avec quels risques pour ces personnes ? Les photos de l’expédition nous montre un masque avec pression expiratoire tout droit sorti du commerce.

    sep article
  2. Ping : MEDEX MANASLU 2015, c’est parti ! | Vallot 2011