Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

J. Séguéla : “Méfions-nous des castrateurs d’imaginaire !”

sep article

ENTRETIEN – La ville de Grenoble a décidé de bannir l’affichage publicitaire dans l’espace urbain. Son contrat avec JCDecaux ne sera pas reconduit. Un coup de tonnerre dans le monde de la communication. Toujours actif et réactif, Jacques Séguéla, figure du marketing publicitaire et politique, ex vice-président d’Havas en charge de la création, nous livre son point de vue sur cette décision.

 

 

 

© Jacques Séguéla réagit sur la décision de la ville de Grenoble de bannir l'affichage publicitaire dans l'espace urbain.

© Jacques Séguéla

Stratège parmi les stratèges en communication visuelle, Jacques Séguéla a révolutionné plusieurs fois le monde de la publicité. On lui doit de nombreux slogans qui ont marqué les esprits, dont « Un café nommé désir », « À fond la forme », « On est fou d’Afflelou », « Sida : baisons futé » et le cultissime « La force tranquille » qui mena tout droit François Mitterrand au pouvoir en 1981.

Au poids des mots, il ajoute le choc des images. Citroën, Lacoste, Airbus, Vuitton sont autant de marques dont il assure les campagnes de pub. Jacques Séguéla est l’ami des politiques et des stars. L’« homme de gauche » a construit sa vie dans la liberté. S’attachant davantage aux hommes peut-être qu’aux idées, il a voté pour Nicolas Sarkozy au second tour des élections présidentielles de 2007.

 

C’est sans détour, la bonne formule toujours au rendez-vous, qu’il se prononce sur la décision de la municipalité verte de Grenoble de condamner l’affichage publicitaire dans l’espace urbain.

 

 

 

Que vous inspire cette décision de supprimer l’affichage publicitaire dans l’espace public ?

 

© Véronique Magnin © Jacques Séguéla réagit sur la décision de la ville de Grenoble de bannir l'affichage publicitaire dans l'espace urbain.

© Véronique Magnin

D’abord, trop de pub tue la pub. C’est encore plus vrai dans le domaine de l’affichage qui n’a pas toujours su raison garder par le passé. Lorsque l’affichage est plus ou moins sauvage, qu’il y a multiplication à l’entrée des villes et des panneaux dans tous les sens, mettre de l’ordre là-dedans est, à mon sens, la moindre des choses. Cela a d’ailleurs été fait dans beaucoup de villes et continue de l’être. Non à la pollution visuelle mais non encore plus à l’excès d’autoritarisme administratif et à la ségrégation des espaces publics !

 

 

Le contrat avec le groupe JCDecaux arrive à son terme. Il ne sera pas reconduit…

 

 

Fin de la publicité à Grenoble. Jacques Séguéla réagit sur la décision de la ville de Grenoble de bannir l'affichage publicitaire dans l'espace urbain.

© Véronique Magnin

Il y a 40 ans que je prône qu’il y ait moins d’affiches et de plus belles affiches. S’en prendre à Decaux qui, justement, est l’industriel qui a compris cela avant tout le monde et qui a fait que le monde entier se convertit à ses affiches parce qu’elles sont plus rares, propres, encadrées, qu’elles ont une utilité urbaine et qu’elles sont civiques… On n’y comprend plus rien !

 

 

La municipalité se réfère au modèle de São Paulo, dont la loi municipale de 2006 – Cidade Limpa (ville propre) – interdit tout affichage publicitaire dans l’espace public. Une mesure radicale encore en vigueur aujourd’hui… Que pensez-vous de cette expérience ?

 

São Paulo était une ville incroyablement bariolée, incroyablement vivante, incroyablement mélangée et il y a quand même de la publicité qui résiste. C’est un cas très particulier et qui d’ailleurs n’a pas fait d’émule. Et je pense qu’un jour viendra où la municipalité reviendra à plus de raison. Deuxièmement, méfions-nous des « antis ».

 

Fin de la publicité à Grenoble. Jacques Séguéla réagit sur la décision de la ville de Grenoble de bannir l'affichage publicitaire dans l'espace urbain.

© Jacques Séguéla

Prévert disait : «  il y a ceux qui croient, ceux qui croient croire et ceux qui croa-croa ». Ne faisons pas de la France un pays de corbeaux. Restons le pays des colombes de la paix, des aigles napoléoniens. Et puis ce n’est pas le moment, dans la déprime actuelle, de rajouter de la déprime à la déprime. Parce que la publicité on peut lui faire tous les reproches du monde, elle est quand même souvent bonne et de plus en plus.

 

C’est elle, par la voie de l’affichage dans l’espace public, qui apporte à la ville l’info, la couleur, l’humour, la joie de vivre, le partage, le talent et qui favorise le vivre ensemble. Les publicités, on les aime ou on ne les aime pas… Supprimer l’affichage en ville, c’est priver les citoyens de cette qualité de vie supplémentaire. Est-ce que le net, par exemple, a décidé de supprimer la publicité ? Or c’est le premier espace public du monde !

 

 

C’est une décision idéologique, selon vous ?

 

Je trouve que c’est une attitude totalement idéologique, totalement politique et totalement sous l’influence verte de la municipalité.

 

 

Pensez-vous que cette décision va avoir des conséquences économiques ?

 

Si la publicité ne servait à rien, ça se saurait ! Il y a longtemps qu’on l’aurait supprimée. Les annonceurs ne sont pas fous et toutes les études montrent que toute marque qui supprime sa publicité observe instantanément une chute des ventes. L’affiche, c’est le dernier mètre avant l’achat. C’est un des premiers stimulateurs de l’économie urbaine. Supprimer l’affichage, c’est vouloir assassiner le petit commerce en ville.

 

 

Mais, en général, ce sont surtout les grosses entreprises qui peuvent s’offrir de la publicité sur les panneaux Decaux…

 

Non, il y a énormément de succursales de grandes marques qui sont des petits commerçants affiliés et qui bénéficient de la publicité des grandes marques. C’est justement ce qui les fait vivre. Autrement dit, les indépendants effectivement n’ont pas les moyens de faire de la publicité mais, groupés dans une franchise, ils bénéficient de la publicité de la marque. La France est le pays du monde où la franchise marche le mieux.

 

Fin de la publicité à Grenoble. Jacques Séguéla réagit sur la décision de la ville de Grenoble de bannir l'affichage publicitaire dans l'espace urbain.

© Jacques Séguéla

 

 

Et si la société était en mutation et que l’affichage n’était plus un maillon indispensable, avec la progression d’Internet ?

 

Internet, c’est chez soi, c’est loin, c’est avant l’achat. L’affichage dans la rue au contraire, à condition qu’il soit bien fait, protégé, moderne et qu’il ne soit pas empirique, c’est le dernier écran dans la rue. C’est le moment où la marque vous rappelle ses valeurs, sa qualité et vous montre son produit. Donc, priver le commerce de cet atout-là, c’est vouloir assassiner le commerce. Ce n’est vraiment pas le moment.

 

La France est en train d’aller dans le mur et le commerce est le premier à en pâtir. L’année 2015 va être pire que l’année 2014. Je ne comprends pas qu’un maire digne de ce nom prive les commerçants de ce stimulus indispensable. C’est criminel. Et puis, il y a pour moi pire que cela. Méfions nous des castrateurs d’imaginaire ! C’est le début de toute dictature.

 

 

La mairie entendrait malgré tout conserver la promotion des évènements culturels…

 

Justement, l’idée de Decaux a été de consacrer une face de ses panneaux à la publicité grand public et de réserver l’autre face à la publicité culturelle ou d’information de la ville. Il y a un équilibre actuellement. Je ne vois pas pourquoi maintenant seule la culture aurait droit à la publicité et pourquoi en seraient privés les produits de grande consommation qui font l’économie d’un pays, qui font le petit commerce. La consommation maintient le pouvoir d’achat. Si vous abaissez l’envie d’acheter, vous courez directement vers la déflation et in fine vers la fin du système.

 

 

Y a-t-il des alternatives au capitalisme qui nécessite d’accroître toujours plus la consommation ?

 

Je pense que le capitalisme en a pour 30 ans tel qu’on le connaît aujourd’hui. Pour moi, il est en phase d’extinction pour être remplacé par un nouveau capitalisme de partage, collaboratif, qui va trouver d’autres moyens de communiquer. Mais pourquoi le priver de l’affichage ? Ce n’est pas parce que les banques ont fait sauter le système qu’il faut s’en prendre à l’affichage. C’est le moyen pour tous les petits commerçants d’en appeler au chaland.

 

 

La publicité capte tout de même du temps de cerveau disponible…

 

Fin de la publicité à Grenoble. Jacques Séguéla réagit sur la décision de la ville de Grenoble de bannir l'affichage publicitaire dans l'espace urbain.

© Jacques Séguéla

Mais non ! Elle crée l’envie d’avoir envie. La vie est déjà tellement triste, tellement sinistre… Les politiques et les médias nous la rendent tellement négative. On ne nous annonce que des scandales, des drames… Le monde est fou !

 

Au moins, la publicité est marchande de bonheur, avec parfois la maladresse de ne pas savoir bien le faire mais elle est là pour essayer d’entretenir le goût, l’envie de vivre et de consommer.

 

Ce qui ne veut pas dire qu’il faut surconsommer. Le dernier moteur de l’économie française, c’est la consommation. Si l’on s’en prend à la consommation, tout l’édifice va s’écrouler. Tous les autres se sont déjà effondrés…

 

 

La publicité ne peut-elle pas s’apparenter à une méthode de persuasion des masses, à l’origine propagandiste ?

 

C’est un discours soviétique. Allons ! Comment au XXIe siècle pourrait-on encore tenir des propos pareils ? La frange extrême des Verts à la rigueur. Moi je suis écolo. On n’est pas obligé d’être écolo et con à la fois. Qui peut prétendre que la publicité pervertit le monde ? Les seuls pays qui ne font pas de publicité, ce sont les dictatures. C’est la preuve par neuf que la publicité fait partie de la vie.

 

Il ne faut pas qu’elle outrepasse ses droits, c’est vrai. D’abord, elle est tenue de ne jamais mentir. Le mensonge dans la publicité est puni par la loi, ce qui n’est pas le cas du mensonge médiatique ou politique. La publicité a ses raisons gardées. Et puis, tous les pays qui ont essayé de supprimer la publicité y sont revenus dans les trois ou six mois.

 

 

Ceci étant, dans la ville de São Paulo, la loi d’interdiction s’applique depuis huit ans et les conséquences économiques ne sont pas clairement catastrophiques…

 

L’économie brésilienne va quand même mal globalement… Non, vraiment, ce n’est pas le moment d’essayer d’enlever le moyen de revitaliser l’économie et de toucher le consommateur.

 

 

A votre avis, cette décision va-t-elle faire des émules ou rester un acte isolé ?

 

Cela va, en tout cas, lancer le débat et il faut surtout qu’il y ait débat. Et je pense qu’il va y avoir tout de suite une mobilisation des petits commerçants qui vont voir leur chiffre d’affaire baisser dans les trois mois qui suivront. Si l’on veut finir de les asphyxier, après toutes les surcharges de ces deux dernières années et l’effondrement de la consommation, allons-y ! Ce sera le coup de grâce !

 

 

Propos recueillis par Véronique Magnin

 

 

 

A lire aussi sur Place Gre’net :

 

JCDecaux-nuit2

Publicité : grand nettoyage à Grenoble

 

JCDecaux : “L’affichage sera financé par l’argent public”

 

Grenoble : les antipub affichent leur satisfaction

 

Gilles Lipovetsky : « C’est une mesure liberticide »

 

L’opposition a du mal à avaler la fin des suçettes Decaux

 

“En limitant la pub, nous mettrons en valeur la vie de quartier”

 

 

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
14348 visites | 38 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 38
  1. Mr Ségala qu’elle est votre part de responsabilité dans la diffusion de déferlantes cycloniques médiatiques de pubs s’égrainant les unes aux autres, après le séisme de  » Maléfique »? Quel époque déjà  » Maléfique »?

    sep article
  2. Ping : Foireux liens(6) : « pour quoi faire ? » ou « Est-ce un bien ? » | PEP'S CAFE !

  3. Ping : Moins de pub, moins de voitures!

  4. sep article
  5. Ping : J. Séguéla : "Méfions-nous des castrateurs d'imaginaire!", dans Place Gre'net le 23/11 - Michel DESTOT

  6. Ce [propos insultant supprimé] à la Rolex, chantre du paradigme capitaliste et de l’acculturation ose encore la ramener ???
    Il est l’un des principaux responsables du grand vide intellectuel et idéologique de notre époque.
    Honte à lui et à ces paires !!!

    sep article
  7. Quelle bêtise. C’est le gars qui avait dit « a 50 ans, si on a pas une Rolex,
    c’est qu’on a pas réussi sa vie. » Comment ce qu’on lui laisse encore faire une interview et prendre son avis au sérieux. Les publicistes sont les créatifs et la couleur de la ville, c’est absurde !

    sep article
  8. Ping : Grenoble, première ville française sans publicité | Résistance Inventerre

  9. Ping : First in Europe: Grenoble Goes Green as Mayor Pulls Plug on ‘Unsightly’ Urban Billboards | FrenchNewsOnline

  10. Le marketing et la publicité ont comme fonction de fausser le jugement pour imposer ses vues.
    Et ainsi de prendre la main sur les esprits.
    Le marketing, ce sont les études préalables à la publicité, qui en est la force de frappe.
    La publicité permet aussi de financer les médias et ainsi de prendre la main sur l’information. Note 1
    Le sponsoring est le moyen de prendre la main sur la culture et les savoirs.
    Le lobbying de prendre la main sur les lois, sur la démocratie.

    Le tout permet de prélever une énorme masse monétaire qui si elle était redistribuée permettrait aux gens de sortir de la misère. Note 2

    Remarque.
    Les coûts de cet ensemble : marketing, publicité, sponsoring et lobbying sont compris dans le prix des marchandises. Cela veut dire qu’à chaque achat vous payez pour vous faire asservir.

    http://pierrebray.wordpress.com/2013/09/03/marketing-publicite-sponsoring-et-lobbying-armes-de-destructions-massives-au-service-du-capitalisme/

    sep article
  11. sep article
    • merci pour le lien : Réquisitoire de Desproges contre Jacques Séguéla (25 octobre 1982).
      et merci à tous de vos commentaires… ces arguments sont pitoyable…

      sep article
    • Merci, heureusement il reste l’humour face à ces propos affligeants.

      sep article
  12. « Et je pense qu’il va y avoir tout de suite une mobilisation des petits commerçants qui vont voir leur chiffre d’affaire baisser dans les trois mois qui suivront.’
    Je ne savais pas que c’étaient les petits commerçants qui défiguraient nos villes… A la retraite le père Séguéla !

    sep article
  13. Ping : Grenoble libère la ville de la pub | Grenoble, une ville pour tous

  14. Ping : Espace public : Grenoble, première ville française sans publicité | KRAO

  15. Les seuls « castrateurs d’imaginaire » que je connaisse sont précisément les publicitaires, à commencer par le fameux Jacques Séguéla. Tout ce qui peut nous délivrer de l’emprise de ces gens-là nous fera gagner énormément de « temps de cerveau disponible ».

    sep article
  16. Interviewer Séguela sur la diminution des panneaux publicitaires en ville c’est comme questionner mon boucher charcutier sur ma copine végétarienne …

    sep article
  17. Pour Info : depuis cette année la ville de Sao Paulo a réintroduit la publicité de façon réglementée, et le premier afficheur à s’implanter est : JCDecaux.

    sep article
  18. castrateur d’imaginaire ? C’est faire grand cas de la publicité, qui soyons honnête n’est qu’un VRP surgonflé à l’argent et au mensonge pour tenter de vendre plus de tampon à madame Michu.

    sep article
  19. Il est temps de remettre votre Rolex a l’heure M. Seguela : vos arguments pourraient être démontés par des enfants de 8 ans…

    sep article
  20. Merveilleuse démonstration par l’absurde que ce choix était le bon!
    Les petits commerçants locaux vont au contraire se retrouver renforcés car ils profiteront d’un environnement urbain bien plus agréable. De toutes façons, ce ne sont pas eux qui communiquent sur ces supports.
    Quand au mythe de la relance économique par l’hyperconsommation (elle meme engendrée par l’incitation au surendettement mortifère), c’est une nouvelle preuve du déni de la finitude des ressources.
    Quant aux photos (copyright J.Seguela), elles sont la nouvelle d’une hyper megalomanie galopante.

    sep article
  21. un espace publicitaire « empirique » ?

    sep article
  22. Quel argumentaire pauvre et consternant de J. Séguéla ! La mise en perspective politique du journaliste est insuffisante, il serait temps qu’il apprenne à faire son boulot! La publicité n’est pas faite pour être « belle », elle est faite pour vendre… un leitmotiv dans un système néo-libéral qui ne pense qu’à l’argent. Sauf qu’une majorité de personne ne souhaite plus de cette pollution qui les manipule et les abrutit (je pense par exemple aux préjugés sexistes) ! Revenons à la publicité par le bouche à oreille qui émane de la véritable qualité du produit (de non plus de l’image publicisée qui est une image fantasmée), mais tenons compte aussi de son impact environnemental (transports, production, etc.), de son impact éthique (conditions de travail, de production, de vente) et biologique (pesticides, OGM, risques sanitaires inhérents au type de produit utilisé aux différents stades de la production et de l’utilisation de l’objet, etc.) … cela permettra à la société de véritablement sortir d’un certain système où l’argent ne serait plus central et ne justifiera plus la destruction de notre environnement et de l’être humain.
    Bravo au maire de Grenoble, j’espère que ces mesures seront généralisées au niveau national !

    sep article
    • Visiblement, l’interview de M. Séguéla vous provoque des aigreurs… Heureusement, vous allez pouvoir profiter d’ici très peu de temps d’une mise en perspective politique avec le prochain article à paraître sur Place Gre’net. 😉

      sep article
  23. Le débat sur l’efficacité economique ou pas de la pub n’est pas le débat essentiel ici …
    Mais le principe même d’interdire ou de supprimer par pure idéologie une forme d’affichage pose en revanche la question essentielle de la liberté d’expression ..
    Que l’expression s’écrive avec un grand ou petit E ..
    Consternant …

    sep article
    • Je ne vois pas ce que vient faire ici la liberté d’expression. Puisqu’ici il faut payer des milliers d’euros pour avoir droit de s’afficher.
      La réelle liberté d’expression, elle va s’offrir sur les futures panneaux municipaux d’affichages réellement libre où une place sera laissée aux associations.

      sep article
    • Au contraire, les espaces d’expression libre seront DOUBLÉS, avec une répartition claire entre les informations entre le culturel commercial, l’expression associative y compris culturelle, et l’expression d’opinion.

      sep article
      • « Les espaces d’expressions libres » mais mort de rire, ce sont des espaces squattés par les parties politiques, les gros producteurs de concert bref c’est pire car, c’est l’anarchie ce genre d’espace.. ou le plus gros gagne toujours puisqu’il a une armée d’afficheur à sa disposition. Un simple citoyen qui veut communiquer sur un événement ne tient pas 1h ! Sans parler des tonnes de colles et de papier qui vont être gaspillé pour de l’information « flash » et ben sure le cout pour la ville pour l’entretient.. Bref du flan !

        sep article
  24. Seguela m’a définitivement convaincu que la mairie avait fait le bon choix ! quel enchainement d’arguments absurdes et simplistes. La publicité qui booste l’intelligence et la créativité des gens ? Leur seul refuge ? mais dans quel monde vit cet homme ???
    Il suffit d’allumer la télé 5 minutes pour observer la parfaite démonstration du contraire

    sep article
  25. « Si vous abaissez l’envie d’acheter, vous courez directement vers la déflation et in fine vers la fin du système. »
    => La fin du système, OUI ! La fin de la lobotomisation par la publicité. C’est sûr que pour Mr Séguéla, c’est le début du chômage, donc aucun intérêt pour lui.
    Quant à dire : « Au moins, la publicité est marchande de bonheur(…) », non, la publicité crée des frustrations, normatise les désirs, transforme des envies en besoins. Quel bonheur !

    sep article
  26. « Justement, l’idée de Decaux a été de consacrer une face de ses panneaux à la publicité grand public et de réserver l’autre face à la publicité culturelle ou d’information de la ville » : face VISIBLE pour la pollution urbaine vis-à-vis des automobilistes, face arrière pour les piétons sur un support trop grand. Réduire la surface, c’est adapter l’information aux habitants qui auront le temps de la lire. Pas une démarche démagogique où « l’imagination » cache la consommation.

    sep article
  27. « Supprimer l’affichage, c’est vouloir assassiner le petit commerce en ville »… Sur : combien de vendeurs de Rolex à Grenoble…?!!

    sep article
  28. « En ce qui nous concerne, qu’il s’agisse d’un individu, d’un parti, d’une armée ou d’une école, j’estime que l’absence d’attaques de l’ennemi contre nous est une mauvaise chose, car elle signifie nécessairement que nous faisons cause commune avec l’ennemi.
    Si nous sommes attaqués par l’ennemi, c’est une bonne chose, car cela prouve que nous avons tracé une ligne de démarcation bien nette entre l’ennemi et nous. Et si celui-ci nous attaque avec violence, nous peignant sous les couleurs les plus sombres et dénigrant tout ce que nous faisons, c’est encore mieux, car cela prouve non seulement que nous avons établi une ligne de démarcation nette entre l’ennemi et nous, mais encore que nous avons remporté des succès remarquables dans notre travail. »
    « Etre attaqué par l’ennemi est une bonne et non une mauvaise chose », Mao Zedong, 26 mai 1939.

    sep article
  29. Ne pleurez pas, monsieur Séguéla, il y aura encore de la pub sur les abris de bus et trams puisqu’ils dépendent de la Métro !
    « Elle [la pub] crée l’envie d’avoir envie. » … et quand elle crée l’envie irrépressible de posséder et qu’on n’a pas d’argent pour acheter ? la pub peut-elle excuser le vol ?
    Celles et ceux qui ont voté pour l’équipe Piolle ne peuvent qu’être d’accord puisque la suppression de la pub figurait en 15e position dans les engagements et j’espère que la très grande majorité des 40 % d’électeurs qui ont voté pour cette équipe ne va pas se déjuger.
    Pour une fois que nous avons des élus qui font ce qu’ils ont promis !

    sep article
    • Moi aussi Seguela m’a convaincu par son argumentaire: La pub c’est la liberte. La consommation c’est le bonheur! Je realise maintenant que je suis triste, con et dictateur dans l’ame, merci! 🙂

      sep article