Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Denis Bonzy : l’outsider décomplexé

sep article

PORTRAIT INTERACTIF – Disparu du paysage politique local depuis 2001 après plusieurs mandats publics, Denis Bonzy travaille son retour depuis trois ans. Ancien élu RPR et collaborateur d’Alain Carignon, il se présente désormais sous l’étiquette de la « société civile » et mise sur un « coup de balai électoral » pour conquérir le 11 boulevard Jean Pain. 

 

 
Les municipales : un scrutin de listes mais un bulletin de cœur. Plus qu’une équipe, c’est surtout le nom d’un maire qui sera glissé dans l’urne les 23 et 30 mars prochains. Place Gre’net vous fait découvrir un candidat chaque dimanche jusqu’au premier tour. Son parcours politique, mais aussi ses attaches personnelles et son tempérament pour faire votre choix avec conscience et conviction.
 

Passez votre souris sur l’image et cliquez sur les vignettes pour les animer. Photo : Nils Louna  / Interactivité : Victor Guilbert  © placegrenet.fr

 

 
7 avenue Félix-Viallet. 1er étage. Le local de campagne est nettement plus discret que ceux des listes concurrentes mais l’accueil plus enthousiaste aussi, ponctué d’allusions à des discussions inachevées. Cette mémoire inaltérable des détails caractérise Denis Bonzy. « Une organisation ingénieuriale et un optimisme contagieux », ajoute Elizabeth Zitoun qui figure en deuxième place de la liste. « Susceptible », temporise – après plusieurs éloges – une autre connaissance, qui s’amuse de le voir réagir immédiatement à chaque attaque ciblée sur les réseaux sociaux ou ailleurs, « avec pondération mais rigueur ».
 
La contre-attaque, il la mène effectivement toujours lui-même. Parce qu’il est le principal intéressé, certes. Mais aussi en raison d’une équipe plus limitée que les grandes formations et multiples « rassemblements » rivaux. Les rangs se sont clairsemés avec le temps. Parmi la quinzaine de membres du comité de pilotage qui l’accompagnaient depuis janvier 2012 pour la préparation du projet, plusieurs ont fait défection durant l’été 2013.
 
« Des UMPistes pour la plupart », précise sa numéro 2. Désillusionnés, agacés par la réticence que Denis Bonzy ne manquait pas d’exprimer envers leur parti ou appelés par d’autres candidats à la primaire de la droite. Chacun avait ses raisons. « Un épisode qui reste douloureux » pour le président du Club20, nom d’époque de cette équipe resserrée.
 
 
Reconnaissant envers Alain Carignon
 
 
La suite n’est pas plus reposante. À la rentrée, il adhère à la dynamique d’union de l’opposition en postulant aux primaires ouvertes de l’UMP. Il y retrouve quelques connaissances. Comme Alain Carignon, dont il fût le jeune directeur de campagne, puis celui de cabinet à la mairie de Grenoble, de 1983 à 1986.
 
Ses rivaux d’aujourd’hui ne manquent jamais de lui rappeler cette proximité d’antan, ce qui n’est pas sans l’agacer. C’est le but. Confirmation de la susceptibilité ? « Vous ne pouvez pas résumer trente ans d’activité à une relation de trois ans », réplique-t-il. « Je lui suis reconnaissant de m’avoir fait confiance, mais nous avons des divergences de fond. Les débats des primaires l’ont démontré ».
 

 

 Passez votre souris sur l’image et cliquez sur les vignettes pour les animer. Photo : Nils Louna – Interactivité : Victor Guilbert  © placegrenet.fr
 
Indisposé par la tournure que prennent les primaires – suspendues puis finalement annulées en raison de désaccords internes sur le mode de scrutin – Denis Bonzy jette l’éponge le premier et se lance seul dans la course, avant le feuilleton des listes édictées par le bureau d’investiture de l’UMP. Il n’est pas effrayé par les campagnes électorales. Il est d’ailleurs le seul des têtes de liste aujourd’hui en lice à avoir remporté des élections en son nom propre.
 
 
Féru de politique américaine
 
 
Ce coup de sang de marin solitaire lui permet d’étoffer son équipage. Séduites par cet acte d’indépendance et de détermination, des personnalités – ainsi que de « nombreux citoyens qui frappent aujourd’hui à la porte » – lui apportent leur soutien lors de cette deuxième vague de recrutement. Pierre de Villard, ancien vice-président de la CCI, ancien conseiller général et ancien conseiller municipal de Grenoble. Mais aussi Elizabeth Zitoun, du parti chrétien-démocrate de Christine Boutin et organisatrice en Isère du mouvement contre le mariage homosexuel. « Il m’a acceptée comme j’étais, avec mes valeurs et mes engagements », apprécie-t-elle. Dernier soutien en date, le très libéral et plus modérément médiatique Denis Payre estampille la liste de son label « Nous Citoyens » pour encourager le renouvellement de la vie politique que propose ce mouvement.
 
Économiquement de droite, avec pour programme social la « charité de cœur » (touche chrétiens-démocrates), conservateur sur les questions de société, inflexible sur le volet éthique, prévoyant le non-cumul de mandats dans le temps et un pouvoir de révocation de la part des citoyens, son identité politique détonne. De ce côté de l’Atlantique seulement. Car c’est de Boston à Toronto que ce féru de « politique US » l’a maturée. Idem pour les techniques de veille numérique. « C’est ma véritable permanence de campagne. Celle-ci est ouverte 24 heures sur 24 ».
 
 
Victor Guilbert 
 
 
Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
3662 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Bonjour Denis,
    C’est toujours avec passion que je suis ton chemin politique (depuis les municipales 1983) même si je communique peu.
    Tu es un référence pour moi et je ne peux dire que RESPECT et ADMIRATION pour ton engagement sur le fond et sur la forme.
    Cordialement Jacques

    sep article
  2. Mr Denis Bonzy a ruiné la commune de St Paul de Varces pendant qu’il était maire avec des travaux pharaoniques. Ses successeurs à la mairie de St Paul ont du éponger ses dettes.

    De plus pour un RPR se faire passer pour “société civile” c’est assez fort.

    Je souhaite bien du courage aux grenoblois qui voteront pour lui.

    Je vois bien Mr Denis Bonzy faire liste commune avec Chamussy au 2e tour pour être sur une place éligible…

    sep article
  3. PORTRAIT DE DENIS BONZY RELATIVEMENT FIDELE …..
    mais qui manque de précisions qui me semblent intéressantes à dévoiler aux électeurs:
    * C’est un infatigable travailleur qui cumule plusieurs fonctions sans faillir un seul instant (père de famille, enseignant dans une école d’ingénieurs, chef d’entreprise – consulting -, blogueur insatiable- alimente quotidiennement au moins 5 sites -, tweeteur redoutable, chef de file incontesté au sein de son équipe électorale et globe-trotteur infatigable depuis un an – il a parcouru toutes les rues de Grenoble, à pieds et toujours seul). C’est un atout indéniable pour faire face au travail à assumer pour bien gérer une municipalité comme Grenoble.
    * Il est l’impatient qui fait preuve de patience: il sait attendre et donner du temps pour permettre à ceux qui l’entourent de répondre à sa demande mais il ne laissera pas une seconde à ses détracteurs pour leur voler dans les plumes, et ce aussi bien lorsqu’il est face à eux ou derrière son écran PC. Sa réactivité est aussi une preuve de capacité à réagir en cas de crise au sein d’une municipalité: il ne laissera pas les situations “pourrir” comme certains.
    * Il est intelligent et très cultivé: au point de laisser bouche bée de nombreux interlocuteurs lorsqu’il s’agit de débattre sur n’importe quel sujet et face à face sans note. C’est aussi une qualité indéniable que doit posséder un leader pour que Grenoble soit bien gouvernée.
    * Il est documenté comme aucune autre personne que je connais: en plus de sa mémoire phénoménale – au point de se souvenir du jour et l’heure précise d’une rencontre ou d’un évènement qui s’est déroulé il y a de très nombreuses années -, il est avide de curiosité et connaissance – il lit chaque soirée avant d’aller se coucher -. Il étonne par sa connaissance non seulement des faits divers mais aussi de politique française et nord américaine, et de presque tout se qui se passe dans notre département.
    Et enfin c’est une “plume” (comme on le disait de Henri Guaino pour Nicolas Sarkozy): une plume si précise qu’elle me rappelle un proverbe chinois qui dit “un écrivain adroit est capable de tuer (au sens figuré bien entendu) plus efficacement qu’un tireur expérimenté !”. Sa plume peut donc être très incisive, mordante et souvent très documentée pour vous “tailler un costume sur mesure” ! Alors il faut nous attendre à des échanges écrits passionnants durant ces 2 mois avant le 1er tour des municipales.

    sep article